Série noire pour une journée blanche

Oihana Gabriel

— 

Sur le périphérique, la circulation était difficile malgré le travail des saleuses (1). Le RER B a lui connu de nombreuses avaries qui ont fortement perturbé le trafic (2), tout comme sur les lignes de tramway T1, T2 et T3 (3).
Sur le périphérique, la circulation était difficile malgré le travail des saleuses (1). Le RER B a lui connu de nombreuses avaries qui ont fortement perturbé le trafic (2), tout comme sur les lignes de tramway T1, T2 et T3 (3). — Photos : A. GELEBART / 20 MINUTES

Un mardi pas vraiment à marquer d'une pierre blanche dans l'agenda des Franciliens. A météo exceptionnelle (le niveau 3 du plan neige a été activé dès 5 h mardi), pagaille extraordinaire. Toute la matinée a été rythmée par des obstacles, tous moyens de transports confondus, pour se déplacer. Avec le manteau blanc qui a recouvert jusqu'aux trottoirs parisiens, les lignes de bus et de tramway étaient tout simplement interrompues ou très perturbées. Même topo pour les automobilistes, coincés dans les embouteillages. A la suite d'accidents, les autoroutes A10 et une partie de l'A86 ont été coupées. Quant aux poids lourds, ils ont dû attendre 15 h avant de pouvoir circuler sur l'A1, l'A4, l'A5 et l'A6. Les routes impraticables n'ont pas été compensées par des transports en commun, certes moins dangereux, mais très affectés par la neige une bonne partie de la journée.

Accueil perturbé dans les crèches


Les banlieusards coutumiers des messages irritants ont eu droit à une alerte saugrenue le matin : «Nous vous invitons à reporter votre voyage.» Un préliminaire qui pourrait faire sourire si en arrivant sur la voie, le voyageur ne voyait pas ces nouvelles réjouissantes : sur la ligne A, le trafic est resté interrompu entre Val-de-Fontenay et Marne-la-Vallée - Chessy jusqu'au milieu de l'après-midi. Sur le RER B, le trafic, interrompu entre Robinson et Bourg-la-Reine, n'a repris que vers 17 h. Face à ces «conditions épouvantables», selon Valérie Pécresse (UMP), la chef de file de l'opposition régionale a une fois de plus tapé sur les doigts du Stif en demandant qu'il « installe une commission d'enquête chargée d'analyser les dysfonctionnements rencontrés et de déterminer une procédure d'alerte à mettre en place pour que les Franciliens ne se retrouvent plus prisonniers des transports ». Et le métro d'en rajouter dans l'après-midi avec des pannes de signalisation sur les lignes 4 et 13 en plus de l'interruption sur le sud des lignes 8 et 13.

Cette journée noire s'est révélée particulièrement sportive pour quelques parents parisiens, qui ont dû récupérer leurs enfants plus tôt. La crèche des Amiraux (18e) est restée fermée tandis que 26 autres établissements parisiens ont affiché une réduction d'accueil. A 17 h, la RATP affichait un trafic normal sur le métro, le RER A, une reprise sur le RER B et les trams, et deux bus sur trois en circulation. Le retour au bercail s'annonçait donc moins capricieux.

■ trafic

La RATP annoncait mardi soir un trafic « quasi normal » mercredi sur les RER A et B. Les métros ne devraient eux ne rencontrer aucun problème. Les routes, elles, pourraient se révéler glissantes le matin.