Sursis requis contre les policiers à l'origine de la mort d'un Ethiopien

©2006 20 minutes

— 

Le parquet a requis hier une peine avec sursis pour deux des trois policiers de la police aux frontières, renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bobigny. Ils sont accusés d'avoir involontairement causé la mort d'un Ethiopien, lors de son expulsion en janvier 2003 à Roissy. Alors qu'il se débattait, Getu Hagos Mariame, 24 ans, avait fait un malaise dans la nuit du 16 au 17 janvier 2003, avant le décollage de son avion, en raison de la forte pression des policiers pour le tenir plié sur son siège, la tête sur les genoux. Transporté dans le coma, il était mort le 18 janvier. Le procureur, Nadine Perrin, a demandé la condamnation de principe d'Axel Dallier, le chef d'escorte, et de Merwan Khelladi, mais a considéré qu'ils n'avaient pas transgressé le règlement « en pratiquant ce geste de compression ». Elle n'a pas demandé de peine précise, s'en remettant à l'arbitrage du tribunal. Jugement le 23 novembre.