La médecine libérale dans un état alarmant

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Prix de l'immobilier, zones urbaines sensibles, professionnels vieillissants... Pour toutes ces raisons, la pénurie guette la médecine libérale en Ile-de-France. Une réalité très différente de l'image flatteuse qui colle à la région parisienne. Car derrière un taux de médecins (généralistes et spécialistes libéraux) de 21 pour 10 000 habitants, contre 19 pour 10 000 habitants pour la France, se cachent « des situations très disparates, parfois catastrophiques », souligne Nathalie Noël, chef de projet Regroupement, implantation, redéploiement (RIR) Ile-de-France. Cette association, créée l'an dernier avec le soutien de l'Union régionale des médecins libéraux, et l'Association des maires d'Ile-de-France, a entamé un travail de diagnostic des communes d'Ile-de-France, afin de dresser un véritable état des lieux. Une première étude portant sur 29 villes sera présentée aujourd'hui. 20 Minutes en publie des extraits en exclusivité.

Il en ressort que le taux de médecins n'est pas le seul indicateur à prendre en compte. Dans le 4e arrondissement, « on a 162 médecins pour 31 000 habitants. C'est beaucoup. Mais en y regardant de plus près, on trouve 58 psychiatres, et l'âge moyen des professionnels est de 53 ans », explique Nathalie Noël. Cet arrondissement reste cependant classé dans les communes en situation « favorable ». A l'opposé, on frise le désert médical à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), qui ne compte plus que 6 spécialistes, soit 1,7 pour 10 000 habitants (la moyenne régionale est de 11). « Plus aucun médecin ne s'y est installé depuis 2000 ! », s'alarme Nathalie Noël. A Villetaneuse (Seine-Saint-Denis), 11 500 habitants, il reste 6 médecins généralistes et... plus aucun spécialiste.

D'autres villes connaissent des situations plus contrastées. « A Mantes-la-Jolie (Yvelines), le taux de médecins est de 30,6. Mais la ville est coupée en deux : tous sont dans le centre-ville, quasiment aucun au Val-Fourré. Aux Ulis (Essonne), 64 % des professionnels ont plus de 50 ans. » L'âge moyen des médecins, qui s'établit à 49 ans en Ile-de-France, reste la donnée la plus inquiétante. Résultat, « entre 2008 et 2015, la densité médicale devrait baisser de 20 % », s'inquiète l'étude.

Mickaël Bosredon