Transports: Comment financer le Nouveau Grand Paris?

Oihana Gabriel

— 

Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, le 20 février 2013
Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, le 20 février 2013 — F. GUILLOT / AFP

Comment financer un projet pharaonique de 30 milliards d'euros en période d'éonomies? C’est la question épineuse. Et c’est sur cet arbitrage que le Premier ministre était attendu ce mercredi lors de ses annonces sur le Nouveau Grand Paris, entre certains élus qui demandent à ce que l’effort soit soutenu par les entreprises et Bercy qui refuserait de fragiliser l’économie. Pour l’existant (7 milliards d’euros), il manquait 3 milliards. Le gouvernement a choisi de prendre à la Société du Grand Paris, qui prélève déjà des taxes en vue de la construction du Grand Paris Express, deux milliards immédiatement pour le plan de mobilisation. Et l’Etat sortirait de sa poche un milliard d’euros pour boucler le financement.

Pour les 27 milliards dévolus aux lignes 15 à 18, le gouvernement a précisé ce mercredi des pistes. Tout d’abord sur des «optimisations»: 3 milliards d’euros seraient ainsi économisés en choisissant un matériel plus léger. La majorité de ce lourd financement repose sur de l'emprunt.

  • La taxe locale sur les bureaux. Aujourd’hui, une partie de la taxe va à la Société du Grand Paris (SGP), une autre à l’Etat. Pour renflouer les caisses de la SGP, l’Etat ne ponctionnerait plus à partir de 2014 cet impôt jugé très dynamique et sa totalité (estimée à 600 millions d’euros pas an) irait donc au financement du Nouveau Grand Paris.
  • Un effort de la part des collectivités locales. 1,05 milliard d’euros seront demandés aux collectivités. Pour les aider, le gouvernement souhaite majorer les amendes forfaitaires. En clair, une amende pour un stationnement gênant pourrait passer de 17 € à 35 €.
  • Un nouvel impôt à partir de 2020. Le gouvernement veut attendre 2020, et donc les améliorations réelles des transports en commun, pour demander une contribution aux Franciliens. La nature n’est pas encore définie mais les entreprises pourraient être mises à contribution avec l’augmentation du Versement Transports ou une taxe spéciale d’équipement pourrait être créée. Les touristes pourraient aussi être amené à participer avec un taxe additionnelle à la taxe de séjour dans la région.