Embrouilles aux guichets de la SNCF

©2006 20 minutes

— 

Les guichetiers tapaient-ils dans la caisse ? La SNCF a révoqué depuis le début de l'année une trentaine d'agents commerciaux d'Ile-de-France. Une trentaine d'autres sont concernés par une procédure en cours. L'entreprise les soupçonne d'avoir profité, tout au long de l'année 2005, des failles de son nouveau système de distribution de billets, « Mosaïque », pour vendre à leur compte des tickets édités en double. Cette sanction, la plus grave appliquée à la SNCF, « est très rarement mise en oeuvre ».

Pour le syndicat SUD-Rail, qui appelle les agents commerciaux à la grève dès dimanche sur le réseau Paris-Rive gauche (Montparnasse et Austerlitz), l'entreprise a fait preuve de « justice expéditive » dans ce dossier : le syndicat estime que seuls les dysfonctionnements de « Mosaïque » sont responsables de la baisse de recettes constatée à certains guichets, à l'origine de l'enquête. Et s'étonne que la SNCF se soit contentée d'une enquête interne, et ne porte pas plainte devant la justice. En attendant, SUD-Rail demande la « réintégration » de ces agents. La CGT privilégie, elle, une reponse en interne « appropriée à chaque cas ». En tout, 300 agents auraient été auditionnés par la Suge, la police ferroviaire. Les agents révoqués auraient profité des bugs du nouveau logiciel, à qui il arrivait d'éditer deux billets pour une seule commande, pour en revendre un à leur compte. Certains auraient avoué. Mais Luc Destoumieux, de SUD-Rail, estime que « la SNCF n'a aucune preuve matérielle. » La direction refuse de fournir une estimation du préjudice.

Mickaël Bosredon

Le syndicat SUD-Rail appelle aussi les aiguilleurs de Paris-Rive gauche à la grève à partir de dimanche, « contre les plans de réorganisation aux guichets grandes lignes d'Ile-de-France visant à supprimer de nombreux postes ».