L'UMP organise ses primaires

— 

Philippe Goujon veut un vote en ligne.
Philippe Goujon veut un vote en ligne. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Une primaire ouverte oui, mais comment ? Le bureau de la fédération UMP de Paris se réunira vendredi pour décider des modalités d'organisation de la primaire en vue des municipales de 2014. « Le principe d'un vote électronique est acté, glisse Philippe Goujon, le président de la fédération UMP. Nous allons maintenant analyser les offres de trois sociétés, notamment La Poste ». Mais certains principes sont d'ores et déjà connus : seuls les candidats bénéficiant du parrainage d'une dizaine d'élus parisiens (conseillers de Paris, d'arrondissement, parlementaires…) ainsi que de 300 citoyens, pourront se présenter.

Une préinscription en ligne payante – « autour de 3 € », selon Philippe Goujon – sera nécessaire pour obtenir un code personnel qui permettra de voter. Les procurations seront impossibles. Le vote devrait intervenir durant la deuxième quinzaine de mai et pourrait durer plusieurs jours. « On attend plusieurs dizaines de milliers d'électeurs. Je m'engage à ce que chaque candidat soit traité d'une façon égale », promet Philippe Goujon, qui évoque « un comité supérieur des primaires », composé du bureau de la fédé, des candidats et de figures morales, ainsi que d'un code de bonne conduite. Pas de quoi rassurer totalement les intéressés. « Comment va-t-on s'assurer que celui qui vote est bien celui qui s'est inscrit ? », s'interroge l'entourage de Rachida Dati, l'une des candidates qui, elle, préférerait un vote traditionnel par bulletin papier et un coût maximum de 1 ou 2 €. Alexandre Sulzer