La ligne D va regarder la NAT passer

©2006 20 minutes

— 

Le conseil régional a officialisé hier la commande de la NAT (nouvelle automotrice transilienne), la « rame du futur » qui équipera une partie du réseau Transilien à partir de fin 2009. Jean-Paul Huchon, le président PS de la région, et du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), a confirmé que le Stif financera 50 % de ce matériel, dont le montant total s'élève à 1,8 milliard d'euros. Ainsi, 172 rames équiperont progressivement les réseaux de Paris-Nord, Paris-Saint-Lazare-Nord, et Paris-Est jusqu'en 2015. Mais pas le réseau Sud-Est, bien que la ligne D soit considérée comme l'une des plus problématiques.

Le choix de ces trois réseaux a été fait « en raison de leur grand nombre de matériels arrivés en fin de vie ». Le modèle de la NAT, une rame à un niveau, ne pourrait pas, de toute façon, absorber le flux du réseau Sud-Est, le plus important d'Ile-de-France. A moins de la tripler, mais là, c'est un problème de longueur de quai qui se pose... La région se dit « consciente des attentes extrêmement fortes sur le RER D » et indique analyser « les modalités d'utilisation de la NAT sur ce réseau », dans le cadre d'une commande optionnelle. En attendant, les usagers du RER D devront se contenter du jeu de dominos provoqué par l'arrivée de la NAT : le matériel remplacé devrait être redéployé sur le reste du réseau. La région Ile-de-France a annoncé en outre « une grande révision dans les prochains mois » (sol, peinture, pelliculage des parois, sièges...) pour 83 rames du RER D. La livraison pourrait commencer dès la fin de cette année, jusqu'en 2012.

Mickaël Bosredon

Au 20 septembre, le taux de retard des trains sur la ligne D était de 86,5 %, contre 86,3 % en 2005 et 83,3 % en 2004. Mais la SNCF pense avoir du mal à améliorer ce chiffre, « les trois derniers mois de l'année étant les plus difficiles ».