La police recoupe ses infos

©2006 20 minutes

— 

Du nouveau dans la lutte contre les multirécidivistes. La direction de la police judiciaire parisienne a dévoilé hier, devant Nicolas Sarkozy, la nouvelle cellule opérationnelle de rapprochement et d'analyse des infractions liées, baptisée « Corail ». L'objectif de ce logiciel informatique créé en 2005 est de recouper les informations collectées en Ile-de-France par les différents services de la police judiciaire.

Un exemple : un couple a été ligoté par un voleur chez lui avec du ruban adhésif. Les policiers en charge de l'enquête entrent l'expression « ruban adhésif » dans le moteur de recherche de la cellule et les synthèses d'autres affaires résolues ou en cours ayant le même modus operandi apparaissent à l'écran. Magique. La fiche de synthèse peut même être assortie de portraits-robots, traces d'ADN, empreintes digitales ou encore des vidéos extraites des caméras de surveillance. Toutes ces données sont mises en ligne et consultables sur l'intranet sécurisé. Etant plus moderne que l'ancien système de recoupement, réalisé à la main par deux fonctionnaires de police, le dispositif devrait permettre d'améliorer le taux d'élucidation des crimes et délits.

En 2005, 43 synthèses ont été établies, représentant 449 infractions. La police judiciaire a ainsi pu interpeller en juillet « le violeur aux brindilles », auteur de huit agressions dont trois viols. Et en septembre « les aérateurs », accusés de dix-huit vols par ruse sur des personnes âgées. Corail a vocation à être étendu à toutes les régions.

Laure de Charette