Le siège du Défenseur des droits investi

— 

« C'est dramatique les proportions que cette affaire a prises… » Alain Ngamukol attendait Guillaume Pepy, le président de la SNCF. Ce sont finalement les policiers qui sont venus le déloger, mardi, du siège du Défenseur des droits qu'il occupait avec deux membres du collectif Droit à la différence. Tous en litige avec la SNCF pour des faits de racisme ordinaire, ils sont arrivés à 10 h au siège du Défenseur des droits, à deux pas de la place de la Concorde (9e). « Ils sont montés au deuxième étage et ont indiqué qu'ils ne bougeraient pas tant que Guillaume Pepy ne serait pas là », raconte Antoine Grézaud, directeur de cabinet du Défenseur des droits. Menaçant de sauter par la fenêtre, les trois hommes ont finalement été interpellés vers 16 h et conduits au commissariat du 1er arrondissement pour un simple contrôle. « Nous suivons leur dossier, poursuit Antoine Grézaud. Mais ils ont du mal à comprendre que cela nécessite autant de temps... » Vincent Vantighem