Jean-Luc Laurent : «Nous prenons du retard en Ile-de-France»

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Jean-Luc Laurent, vice-président (MRC) du conseil régional en charge du Logement.

Le congrès de l'Union sociale pour l'habitat vient de se terminer. Qu'en avez-vous retenu ?

La décision d'interpeller tous les candidats à la présidentielle pour qu'ils donnent leurs propositions en matière de logement. On va voir les réponses concrètes de chacun sur ce sujet majeur.

Nicolas Sarkozy souhaiterait vendre 1 % du parc social par an...

C'est affligeant. On construit 55 000 logements sociaux par an en France [80 000 en y incluant le logement intermédiaire], vendre 40 000 logements contrebalancerait donc en partie la construction du gouvernement. Dans ces conditions, comment répondre aux 1,3 million de demandeurs, dont 530 000 en Ile-de-France ? D'autant plus que cette construction ne profite pas aux plus modestes : sur les 410 000 logements construits chaque année, 280 000 sont destinés aux ménages les plus aisés, et 75 % des ménages ne peuvent y prétendre.

La région s'est fixée comme objectif de construire 60 000 logements par an en Ile-de-France. Où en êtes-vous ?

Pour cela, nous avons débloqué 200 millions d'euros, et nous mettons des moyens à la disposition des bailleurs. Mais c'est bien l'Etat qui a la responsabilité du logement, pas la région. Et le compte n'y est pas, nous prenons du retard par rapport à cet objectif.

Recueilli par Mickaël Bosredon

Un des problèmes majeurs soulevé lors du congrès a été le taux de rotation insuffisant dans les HLM (10 % au niveau national, moins de 5 % à Paris). Ce qui ne permet pas de remettre sur le marché assez de logements.