L'appel de 19 conseillers UMP de Paris à une candidature de NKM a pu pousser Borloo à abandonner.
L'appel de 19 conseillers UMP de Paris à une candidature de NKM a pu pousser Borloo à abandonner. — WITT / SIPA

Paris

Borloo renonce, NKM se lance

Municipales A droite et au centre, le paysage des candidatures à Paris s'est clarifié jeudi

Jean-Louis Borloo qui lâche l'affaire et Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) qui a officialisé sa candidature jeudi, avant même que François Fillon ne renonce officiellement : l'actualité des ambitions de la droite aux municipales parisiennes a connu un coup d'accélérateur jeudi. Dans une joyeuse cacophonie.

Borloo voulait y aller


La journée commence pourtant avec l'information selon laquelle le président de l'UMP, Jean-François Copé, François Fillon et Jean-Louis Borloo doivent se rencontrer vendredi pour étudier les conditions d'une candidature du président de l'UDI sous les couleurs communes du centre et de la droite. Une information confirmée à 20 Minutes par l'ensemble des entourages. « Borloo a pris l'initiative d'appeler Fillon mardi pour lui dire qu'il voulait le rencontrer et a sous-entendu qu'il souhaitait se présenter », confie un proche de l'ancien Premier ministre. « J'ai parlé à Jean-Louis mercredi. Et, en effet, il souhaitait y aller. Il m'a dit qu'après réflexion, Paris était gagnable  », confie un proche du président de l'UDI. « Il n'était pas insensible aux pressions des copéistes qui le poussaient à y aller. » Pourtant, coup de théâtre : jeudi en milieu d'après-midi, Jean-Louis Borloo envoie un communiqué dans lequel il dit qu'il n'est « pas candidat à titre personnel ». Qu'est-ce qui a fait changer d'avis Jean-Louis Borloo en moins de 24 heures ? « L'appel jeudi de 19 conseillers UMP de Paris à une candidature de NKM a pu jouer », glisse un proche de Borloo. Une autre source au sein de l'UDI confirme que la « fin de non-recevoir » de NKM à une candidature de Borloo a achevé de doucher les ambitions de celui-ci. « Il a flanché parce que nous n'avons pas été capables de lui assurer qu'il n'y aurait pas de primaires s'il était candidat », regrette le sénateur Pierre Charon, ardent défenseur, à l'instar de Jean-François Copé, d'une candidature Borloo. Et c'est pour bien marquer sa détermination que NKM a confirmé dans la soirée qu'elle serait la « candidate des Parisiens » dans le cadre de primaires qu'elle veut ouvertes à un candidat de l'UDI. Les centristes ont fait savoir qu'ils n'y participeraient pas.