Appel à la grève des taxis

©2006 20 minutes

— 

La base arrière monte aux avant-postes. Mais en ordre dispersé. Trois syndicats de taxis, la CFDT, SUD et le Syndicat des conducteurs de taxis parisiens, appellent à une grève, ce matin à l'aéroport de Roissy. Ils veulent dénoncer leurs conditions de travail sur la base arrière de régulation du trafic, ce gigantesque parking de 400 places d'où les taxis sont dispatchés. Beaucoup de professionnels se plaignent de ne pas bénéficier d'une voie dédiée pour rejoindre rapidement les terminaux de l'aéroport et dénoncent la concurrence déloyale des taxis clandestins. Ils s'impatientent également face aux promesses de travaux d'aménagement de la base.

L'énigme du jour sera l'ampleur de la mobilisation. Les organisations syndicales majoritaires n'appellent pas à la grève. S'il est d'accord sur les mauvaises conditions de travail à l'aéroport, Thierry Savary, président de la Fédération des taxis indépendants de Paris, rappelle qu'« une réunion est prévue avec Aéroports de Paris, le 2 octobre. Il est préférable d'attendre cette date avant d'agir éventuellement ». Il craint également des « conflits » avec les taxis qui voudront continuer de travailler aujourd'hui. La Chambre syndicale des artisans du taxi, organisation majoritaire, est beaucoup plus virulente sur ce mouvement, organisé selon elle par « un petit groupe manipulateur et ultra minoritaire ». « Leurs revendications sont incohérentes : ils veulent des travaux sur la base, et en même temps revenir au système d'avant... »

Mickaël Bosredon