La famille tente de faire son nid à Paris

©2006 20 minutes

— 

Les bobos aussi font des bébés. D'après une étude réalisée sous l'égide de l'Observatoire des familles, et rendue publique hier par l'Atelier parisien d'urbanisme*, Paris n'effraie plus les familles. Alors qu'entre 1990 et 1999, 1 500 familles parisiennes désertaient la capitale chaque année, il semble que l'hémorragie soit enrayée. Depuis l'année 2000, le nombre de naissances dans la capitale est en hausse, tout comme le nombre d'enfants scolarisés.

En fait, d'après l'étude, le processus serait désormais le suivant. Les jeunes viennent à Paris pour poursuivre leurs études, se mettent en couple, s'installent et ont un enfant. En revanche, dès que la petite famille s'agrandit, de nombreux ménages quittent la capitale pour la banlieue (60 %) ou la province (40 %). En somme, même si 41 % de la population parisienne vit aujourd'hui en famille, c'est-à-dire en couple et avec un enfant de moins de 25 ans, leur séjour parisien n'est souvent que provisoire. Les données, récoltées notamment auprès de l'Insee et de la CAF ces dernières années, permettent par ailleurs de dégager le profil type de la famille parisienne. Elle est plutôt petite, la moitié d'entre elles n'ayant qu'un seul enfant. Les familles nombreuses ne sont toutefois pas en reste : 17 % des ménages ont trois enfants ou plus, soit presque autant qu'au niveau national (20 %) (lire ci-dessous). Elle est active, les deux parents travaillant dans les trois quarts des cas. Elle a des revenus moyens, même si de fortes disparités existent entre les familles aisées de l'ouest et du centre, et les 16 % de familles vivant sous le seuil des « bas revenus » au nord-est de Paris. Elle est souvent logée à l'étroit, compte tenu de la rareté et du prix des logements susceptibles d'accueillir des enfants. Plus d'une famille sur dix ne dispose que d'une demi-pièce par personne. Pourtant, Paris attire les familles. Alléchées par les possibilités éducatives, culturelles et professionnelles que la capitale offre.

Laure de Charette

*www.apur.org