Twitter: Un guide de «bonnes pratiques» pour les policiers parisiens

William Molinié

— 

Illustration police: des policiers en uniforme.
Illustration police: des policiers en uniforme. — WITT/SIPA

Les «poulets» invités à «gazouiller» avec modération. La préfecture de police a mis en ligne ce jeudi un guide «des bonnes pratiques des réseaux sociaux» à destination des policiers et plus globalement des agents de l’institution. Ce document de 16 pages livre les «bonnes pratiques, conseils et règles de conduite pour un usage responsable et avisé de ces plate-formes».

 

 

Dans le détail, la préfecture de police recommande d’éviter «de publier des photos ou vidéos compromettantes» et de vérifier «les arrière-plans» afin de s’assurer «qu’il n’y a pas d’informations préjudiciables». «Dans les champs d’informations “personnes”, ne renseignez pas votre profession», peut-on y lire. «N’utilisez pas les systèmes de géolocalisation qui permettent de savoir précisément où vous vous trouvez.»

Par ailleurs, le texte rappelle entre autres, que tweeter doit être «une activité privée […] exercée en dehors des heures de service».

Pas de dérives sur l’agglomération parisienne

Contacté par 20 Minutes, Xavier Castaing, chef du service de la communication de la PP, explique qu’il ne s’agit pas «d’empêcher» les policiers de tweeter mais de «rappeler les règles du jeu». «On s’est aperçus que beaucoup d’agents de la préfecture de police avaient des comptes à titre privé», justifie Xavier Castaing, qui précise ne pas avoir «détecté de dérives sur l’agglomération parisienne».

«On ne veut pas empêcher le mécanisme mais rappeler le bon usage de ces médias sociaux, pour ne pas que ça devienne un problème», conclut-il.

En novembre 2012, une enquête administrative interne avait été ouverte à l’encontre d’un vice-procureur et d’un assesseur, qui avaient dialogué sur Twitter pendant un procès d’assises à Mont-de-Marsan (Landes).