Saisir au vol l'occasion de voir Rodin

Oihana Gabriel

— 

VINCENT WARTNER / 20 Minutes

Ne pas quitter Paris sans avoir admiré Le Baiser de Rodin. Entre un passage au magasin Cartier et une pause dans un bar à caviar, les passagers du hall M du terminal 2E de Roissy, inauguré en juin dernier, peuvent depuis le 15 décembre s'offrir une escapade culturelle. L'Espace Musées gratuit, financé par Aéroports de Paris (ADP), mais dont le budget reste secret, accueillera tous les six mois de nouvelles œuvres venues des musées parisiens.

Une vitrine pour les musées


« Un aéroport, c'est une véritable ville, souligne Francis Briest, président du fonds de dotation qui gère ces expositions originales. Il existe à l'aéroport d'Amsterdam un lieu d'exposition pour le Rijksmuseum. Ce qui est une première mondiale, c'est que toutes les institutions pourront y participer. Cet espace permettra aux passagers qui passent deux heures dans cette avenue du merchandising d'avoir une œuvre à leurs pieds ! » Une vitrine fort avantageuse pour Roissy, pour Paris et pour ses musées qui espèrent attirer de futurs visiteurs grâce à ce best of. Premier invité de marque pour inaugurer ce mini-musée de 250 m2, Auguste Rodin. Les visiteurs sont accueillis par trois écrans didactiques dévoilant la biographie de l'artiste, où voir ses créations… Et dans le parcours, quelques citations du sculpteur mondialement connu éclairent les bustes, visages et nus. Le musée Rodin a acheminé gratuitement une cinquantaine de plâtres et bronzes, des chefs-d'œuvre, dont Le Baiser et Le Penseur, mais aussi des pièces moins connues et des sculptures qui appartenaient à l'artiste collectionneur. Catherine Chevillot, directrice du musée Rodin, s'est réjouie de cette invitation ce mardi, lors de la visite de l'exposition baptisée « Les ailes de la gloire »  : « 75 % de nos visiteurs viennent de l'étranger. Attirer c'est bien. Il est encore mieux d'aller au-devant d'un public peu familier de l'art et encore moins de la sculpture. Même si les passagers des vols longs-courriers vers l'Amérique, l'Asie et l'Afrique de ce hall haut de gamme devront se contenter des explications en français ou en anglais, les responsables d'ADP assurent que l'espace est déjà plébiscité. ■