Les sans-papiers occupent la rentrée

©2006 20 minutes

— 

L'année scolaire 2005-2006 s'était terminée sur fond de mobilisation pour les élèves sans papiers. La rentrée 2006-2007, qui commence aujourd'hui, pourrait être marquée par la poursuite de ce mouvement, particulièrement à Paris. L'expulsion, il y a quelques jours, de Jeff Babatund, un lycéen parisien qui a été reconduit au Nigeria, a montré que la menace reste sérieuse pour de nombreux élèves en situation irrégulière.

D'autres sans-papiers risquent de s'inviter dans les débats de cette rentrée : ceux de Cachan (Val-de-Marne), qui représentent environ la moitié des 500 squatteurs évacuée du bâtiment du Crous le 17 août dernier. trois cents personnes occupent toujours un gymnase de la ville, attenant à une école primaire. La mairie et le recteur de l'académie de Créteil ont indiqué vendredi que la rentrée aurait bien lieu ce matin. « Nous prendrons les mesures nécessaires pour qu'elle se passe dans des conditions normales », a indiqué la mairie. Il n'empêche que des problèmes de sécurité se posent, puisque les escaliers de secours du restaurant scolaire sont entravés par les hommes qui occupent l'escalier.

La réforme des établissements classés ZEP (zone d'éducation prioritaire), qui entre en vigueur aujourd'hui, pourrait aussi créer des zones de tensions. A Villepinte (Seine-Saint-Denis), une quinzaine de professeurs a déjà commencé à occuper le collège Jean-Jaurès contre l'augmentation des effectifs d'élèves. Ils protestent aussi contre le classement du Point des établissements les plus violents, dont ce collège fait partie.

M. B.