Les investigations sur Jeff sont contestées

©2006 20 minutes

— 

L'enquête menée au Nigeria dans la commune de naissance de Jeff, un lycéen parisien sans papiers en instance d'expulsion, a été remise en cause par plusieurs associations hier. Le Quai d'Orsay expliquait n'avoir pu trouver la trace d'un Jeff Babatunde, ou de sa famille, contrairement aux affirmations du lycéen. Ce qui avait conduit Arno Klarsfeld, médiateur des dossiers des familles sans papiers d'enfants scolarisés, a déclarer, jeudi, que la décision de reconduire Jeff au Nigeria était « logique et légitime. » Hier, France-Terre d'asile a affirmé que « les enquêteurs ne risquaient pas de trouver une quelconque trace de Jeff, son nom de famille n'étant pas Babatunde, mais Shittu ». Mais Arno Klarsfeld a rétorqué hier que l'enquête a été faite au nom de Babatunde Shittu.

L'UNL, Union nationale lycéenne, s'est invitée dans le débat. Le président de l'association, Karl Stoeckel, a demandé des explications au médiateur. « Pour nous, une enquête qui a été menée avec les autorités nigérianes n'est pas totalement crédible, parce que le Nigeria ne va pas reconnaître que la mère de Jeff a été assassinée. » Celle-ci était une personnalité en vue soutenant le gouverneur en place dans l'état d'Ogun. Selon ces associations, le lycéen s'expose « à des risques » s'il retourne dans son pays.