Une mouvance qui progresse dans le monde entier

©2006 20 minutes

— 

Le mouvement n'a rien de marginal. Selon Sébastien Fath, chercheur au CNRS et spécialiste du protestantisme évangélique, « on compte aujourd'hui en France environ 500 000 personnes adhérant à une mouvance charismatique transconfessionnelle, dont 260 000 dans la mouvance pentecôtiste charismatique, proche d'Osborn ».

En commun, tous partagent la « notion de conversion : l'idée que l'on ne naît pas chrétien, mais qu'on le devient par expérience personnelle avec Dieu ». Le succès, qui s'est dessiné dans les années 1970, n'est pas spécifique à la France. L'Inde, l'Afrique, les pays de l'Est, et bien sûr les Etats-Unis sont touchés. Environ 300 millions de personnes dans le monde, selon Sébastien Fath : « Aujourd'hui, la dimension thérapeutique de la foi est à la mode. On veut vivre le paradis ici et maintenant, tirer au plus vite des bénéfices concrets de la foi. Or, les Eglises traditionnelles sont plus dans la métaphore. » Et Osborn en tire parti avec son « pacte d'abondance : Si vous êtes super-généreux avec Dieu, Dieu sera super-généreux avec vous ». Un discours que ne cautionne pas la Fédération protestante de France. « On ne peut pas dire que si on est malade, c'est parce qu'on n'a pas assez la foi. Nous n'acceptons pas non plus de faire croire aux miracles et rejetons le discours emprunt de marketing. » La fédération ne se dit toutefois pas inquiète. « Nous ne sommes pas dans une course à l'affluence. »

Christian Terras, directeur de la revue catholique contestataire Golias, voit, lui, des explications de fond dans cet engouement : « Les gens ne veulent plus d'une religion uniquement cérébrale, cartésienne. Ils veulent laisser parler leur corps, leur voix. Pas qu'on leur dicte ce qui est permis ou défendu. » Chez les évangéliques, on crée sa propre église, « on a très vite du pouvoir, on est bien rémunéré et peu importe qu'on soit marié. » Du coup, le mouvement se développe. Essentiellement par petits réseaux.

M. H.

Pour Christian Terras, les miracles « peuvent s'expliquer par le conditionnement de la salle, la préparation pendant plusieurs mois à ce qui est annoncé comme “l'événement d'une vie”, la façon de chauffer l'assistance, et l'émotion qui désinhibe. » Pour Sébastien Fath, « tout cela est moins spontané que ça n'en a l'air. Et dangereux, car laissant penser à une garantie de résultat. » Le succès est pourtant au rendez-vous. Les DVD se vendent comme des petits pains.