Un sans-papiers expulsé, le gymnase menacé

©2006 20 minutes

— 

Statu quo et imbroglio à Cachan (94). Environ 200 anciens occupants de Cachan, expulsés le 17 août, continuent de dormir dans le gymnase mis à disposition par la ville. Sauf que la situation ne saurait s'éterniser. Ce week-end, le maire (PS), Jean-Yves Le Bouillonnec, a expliqué que s'il avait « pris ses responsabilités en accueillant les anciens squatteurs », il était « également prêt à les prendre pour que la rentrée scolaire ait lieu le 4 septembre. »

Le gymnase communique en effet avec la cour intérieure de l'école primaire mitoyenne. Selon le maire, les sorties de secours du restaurant scolaire sont entravées par les hommes qui occupent les escaliers. « S'il arrive quelque chose à un enfant scolarisé, j'aurai une lourde responsabilité », explique Jean-Yves Le Bouillonnec. Sa responsabilité juridique est également engagée à propos de la situation sanitaire du gymnase, où s'entassent jusqu'à sept personnes sur un même matelas double. A la préfecture, on indique que « si la situation devait perdurer au-delà du week-end, le préfet serait sans doute amené à alerter le procureur sur la situation des enfants ».

Les ex-squatteurs demandent toujours un lieu plus vaste d'hébergement et, à terme, le relogement des personnes en situation régulière et la régularisation des sans-papiers. Samedi, un premier sans-papiers, Mahmadou Camara, a été expulsé vers le Mali depuis Roissy. Quatre membres du Réseau éducation sans frontières et trois personnes faisant partie du comité de soutien des ex-squatteurs étaient venus à l'aéroport pour inciter les passagers du vol Air France à destination de Bamako à s'élever contre cette expulsion. Sans réussite.

Et Mahmadou Camara pourrait être le premier d'une longue liste puisqu'une trentaine de sans-papiers interpellés lors de l'évacuation du squatt se trouvent actuellement dans des centres de rétention. Un autre Malien pourrait lui être expulsé dès aujourd'hui. A moins que les associations de défense des sans-papiers n'entravent son expulsion.

Michaël Hadjenberg

Le délégué des ex-squatteurs organise une manifestation mercredi à 18 h entre Denfert-Rochereau et Matignon.