La solidarité sur sa faim

Oihana Gabriel

— 

Mercredi soir, Claude Bartolone a apporté son soutien aux Restos du cœur.
Mercredi soir, Claude Bartolone a apporté son soutien aux Restos du cœur. — J. JUNG / 20 MINUTES

Un message d'encouragement aux bénévoles, une poignée de main aux personnes qui attendent leur repas. Mercredi soir, Claude Bartolone, président socialiste de l'Assemblée nationale a apporté son soutien aux Restos du cœur et leur a promis une aide de 100 000 € pour 2013, qu'il prendra sur sa réserve parlementaire. Entre quelques livres pour enfants et des peluches, l'élu a rencontré les membres de l'association dans leur nouveau local rue Saint-Roch (1er). Depuis le 12 novembre, les mères et leurs bébés de moins de 18 mois y reçoivent couches, petits pots, mais aussi conseils santé.

Une aide européenne menacée
A partir de lundi, les six centres de distribution alimentaire, les deux selfs ouverts le soir et les camions qui servent des repas dans tout Paris de l'association créée par Coluche se lancent dans leur 28e campagne. Un hiver sous le signe de l'inquiétude. Les Restos du cœur tentent de mobiliser pour que l'aide alimentaire européenne soit reconduite. Ce jeudi et vendredi, les chefs d'Etat européens décideront de l'avenir du programme d'aide alimentaire. Ce plan, qui s'élève à 3,5 milliards d'euros sur sept ans, avait été reconduit in extremis l'an dernier jusqu'à la fin 2013. Cette fois, le Conseil européen pourrait baisser l'aide d'un tiers pour 2014-2020. « On voit dans quelle situation ubuesque on risque de se retrouver, alors que l'Europe veut faire reculer de 25 % la pauvreté d'ici à 2020 », souligne Bartolone. « La situation est très préoccupante, s'alarme Michel Guéguen, responsable des Restos du cœur de Paris, alors que ceux-ci nourrissent toujours plus de familles. Les besoins européens sont estimés à 4 milliards d'euros sur sept ans et vont augmenter, de nouveaux pays devant toucher cette aide. On attend que le gouvernement fasse valoir le rôle social de l'Europe. Ce retrait se traduirait pour les Restos par une baisse d'environ 12 % de notre capacité à fournir des produits. A Paris, on est encore plus dépendant de ces fonds car on ne peut pas faire de collectes dans les hypermarchés. »

un « Air Food » devant l'Assemblée

Tables conviviales et assiettes en carton vides pour un pique-nique engagé. Pour alerter les élus sur la nécessité de péréniser cette aide alimentaire européenne, des associations participaient mercredi à 14 h à une « Air Food », où les participants feignent de manger avec pour slogan : « Dans un an, 18 millions d'Européens ne feront pas semblant. »