Les hôtels meublés pas faciles à déloger

©2006 20 minutes

— 

L'été dernier, deux incendies faisaient 24 victimes, dont 18 enfants dans le 13e et le 3e arrondissements, quelques mois seulement après l'incendie de l'hôtel Opéra (9e). L'insécurité de logements insalubres et précaires apparaissait au grand jour, notamment au sein des hôtels meublés.

Paris et la petite couronne abritent encore de nombreux hôtels de ce type. Dans la capitale, on en compte 634, souvent irrespectueux des normes de sécurité. Des marchands de sommeil, profitant de la pénurie de logements, y louent des chambres indignes à des prix exorbitants, généralement à des familles africaines obligées de s'y entasser.

Jean-Baptiste Eyraud, du DAL (Droit au logement), demande donc à la municipalité de « sortir les familles des hôtels pour les mettre dans des logements privés ». Selon lui, « c'est ce que fait Londres. Ce qui évite aux services sociaux de dépenser des fortunes en attendant que des places se libèrent dans le parc social. »

Depuis 2005, 148 de ces hôtels ont fait l'objet de mesures de police et 12 ont été frappés d'un arrêté de fermeture administrative. En outre, « à la rentrée, une aide financière sera proposée aux gestionnaires d'établissements pour qu'ils réalisent des travaux de sécurité et de confort », explique Jean-Yves Mano, adjoint au maire chargé du Logement, qui rappelle aussi que, depuis 2001, la Ville a racheté 60 hôtels pour les transformer en résidences sociales ou en logements sociaux.

Michaël Hajdenberg

Une marche silencieuse partira demain à 14 h de la mairie du 13e vers le 20, boulevard Vincent-Auriol, où un hommage sera rendu aux victimes de l'incendie.