Une cure de jouvence pour la statue de la République

Hélène Colau
— 
Huit spécialistes travaillent sur la statue pour effacer les altérations dues au temps et aux dégradations.
Huit spécialistes travaillent sur la statue pour effacer les altérations dues au temps et aux dégradations. — A. GELEBART / 20 MINUTES

«En se retrouvant au cœur de l'esplanade piétonne, la statue de la République va reprendre sa place dans l'imaginaire parisien », promet Julien Bargeton, adjoint (PS) au maire de Paris chargé des espaces publics. Ce sera pour la mi-juin 2013, date à laquelle le réaménagement de la place de la République, qui prévoit un allégement de la circulation, doit être achevé. En attendant, la statue – l'une des plus grandes de Paris, réalisée par les frères Morice dans le cadre d'un concours lancé en 1879 – est dissimulée par une toile blanche tendue sur des échafaudages. Agenouillé sur une planche à plusieurs mètres du sol, Bruno Perdu passe une couche de cire colorée aux pigments naturels sur la patte d'un lion majestueux. « Toutes les statues de bronze sont cirées, explique le restaurateur. La couleur permet de compenser les altérations dues au temps. » Huit spécialistes travaillent sur le chantier : quatre sur la partie en pierre, qui comprend des représentations de la liberté, de l'égalité et de la fraternité ; quatre sur les bronzes. Ils n'ont pas eu à réparer la structure, rénovée en 2007, mais ont procédé à un nettoyage poussé. « Avec la circulation, la statue était très encrassée. » Sur la pierre, le cauchemar, c'est les graffitis, « nombreux en raison de la symbolique de la place ». Les restaurateurs les ont effacés à l'aide d'un abrasif doux. Dès la semaine prochaine, les échafaudages seront retirés. Un bassin sera ensuite creusé autour du socle, d'où des éclairages seront braqués sur la dame de bronze. Les Parisiens pourront s'asseoir tout autour. La statue pourrait alors devenir le lieu de rendez-vous des riverains et des travailleurs du quartier, comme le souhaite la Mairie.