Les testeurs mettent le tramway sur de bons rails

Hélène Colau

— 

Le tramway desservira 26 nouvelles stations et 165 000 voyageurs sont attendus chaque jour.
Le tramway desservira 26 nouvelles stations et 165 000 voyageurs sont attendus chaque jour. —

Le T3 trace sa route vers le nord grâce à 14,5 km de rails flambant neufs… et à 60 nouveaux conducteurs, formés pour l'occasion. Nouveaux sur le tram, mais pas dans le métier. Laurent, l'un des cinq conducteurs qui participent à la phase de tests, a passé dix-huit ans au volant d'un bus. « Sur le tram, il faut toujours être dans l'anticipation car on ne peut pas éviter les obstacles, détaille-t-il. On module notre vitesse en fonction des dénivelés. » Les volontaires, tous dotés d'une expérience dans des véhicules de surface et remarqués pour leur faible taux d'accidentologie, ont bénéficié de trois semaines de formation. Au programme, la réglementation ferroviaire, la procédure à suivre en cas d'incident ou encore la pratique de l'« appareil de voies », l'aiguillage des trams. « Le soir, j'ai dû me remettre dans les bouquins », sourit Laurent. Il ne regrette pas un instant ses efforts : le tramway bénéficie d'une bonne image auprès des usagers, qui se montrent aimables avec les conducteurs et dégradent peu les abris, selon la RATP.
Jusqu'à l'inauguration du tronçon entre la porte d'Ivry et la porte de la Chapelle, le 15 décembre, Laurent et ses collègues effectuent sans relâche le trajet, dans un sens puis dans l'autre. Ils vérifient que toutes les rames fonctionnent correctement. « Pour l'instant, on n'a pas à se plaindre. Il faudrait juste améliorer la signalisation, qu'elle passe plus vite au vert quand on arrive. » La circulation automobile, notamment autour de points noirs tels que la porte de Pantin (19e), risque d'être plus difficile à maîtriser… Mais d'après la RATP, « le passage du tram aide à réguler la circulation, comme ça a été le cas porte d'Orléans ».