Grève des contrôleurs SNCF : « Le marché de Noël partait bien et boum ! », enrage une commerçante de Strasbourg

SOCIAL Avec la grève des contrôleurs de vendredi soir à lundi matin, la SNCF prévoit 1 TGV sur 3 dans le Grand-Est. Sur le marché de Noël de Strasbourg, commerçants, restaurateurs et hôteliers craignent un déraillement

Gilles Varela
— 
Le marché de Noël de Strasbourg. Novembre 2022.
Le marché de Noël de Strasbourg. Novembre 2022. — PATRICK HERTZOG / AFP

Ce jeudi matin, dans les chalets de Noël au pied de la cathédrale de Strasbourg, les commerçants vacillent entre résignation et colère. Un mouvement de grève des contrôleurs SNCF va perturber les allers-retours des TGV de vendredi à lundi matin. Une grève qui pourrait être reconduite pour les fêtes de fin d’année ont prévenu les syndicats. « C’est le premier gros week-end pour nous, ça partait bien et boum !, enrage une commerçante. On dirait qu’ils le font exprès. »

Selon les prévisions, un seul TGV sur trois est annoncé dans le Grand-Est et déjà les SMS et mails sont envoyés aux clients pour les informer du maintien ou non de leur voyage. « Je comprends la motivation des grévistes, ils veulent que l’on pense à eux, mais eux ne pensent pas nous, ils s’en foutent », se désespère une autre commerçante. Il faut dire que le marché de Noël de Strasbourg brasse plus de deux millions de visiteurs chaque année.

Ce jeudi matin, alors que les chaudrons de vins chauds commencent à chauffer, certains commerçants s’inquiètent quand d’autres restent dubitatifs à cette mauvaise nouvelle, presque résignés. « C’est comme chaque année en fait, alors bien sûr que l’on va être impactés, mais ça devrait aller », sourit une vendeuse de gourmandises. « C’est surtout le côté répétitif de ces grèves qui donnent une mauvaise image à la destination Capitale de Noël, ajoute un commerçant. Avec les années, beaucoup de gens vont se poser des questions avant de prévoir un voyage ici. »

« Déjà des annulations »

Des inquiétudes et des craintes que partage Véronique Siegel, hôtelière et présidente de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie du Bas-Rhin. « On est au-delà de la crainte car on a déjà enregistré des annulations. Les premières dès mercredi et ce jeudi matin encore. Des clients appellent pour savoir jusqu’à quand ils peuvent annuler sans frais parce qu’ils essaient de voir si leurs trains sont maintenus ou non, car ils ne sont pas sûrs du retour. On regrette, on est en colère, s’énerve la présidente. Pour ce week-end, on espère que les gens viendront par d’autres moyens de transport, mais honnêtement, ce n’est pas sûr. Par contre ça crée un climat de méfiance et clairement, ceux qui prévoyaient de partir, qui n’avaient pas forcément encore fait de réservation pour la fin de l’année, vont sans doute réviser leurs plans pour ne pas se retrouver coincé dans les transports.

« C’est un coup dont on n’avait pas besoin, poursuit la présidente de l’Umih 67. Car on sort quand même de deux années compliquées, une année 2023 qui s’annonce extrêmement incertaine. Donc là, on était optimiste car on avait des portefeuilles de réservations qui étaient satisfaisants et qui nous laissaient espérer avoir au moins une bouffée d’oxygène pour payer nos charges. C’est un coup de massue dont on se serait passé ».



Un « sale coup » même pour Sassi Ben Mourdi, représentant des forains de Strasbourg. « Ça va avoir un impact très négatif. Ce sont nos plus gros week-ends, la SNCF annonçait qu’ils allaient rajouter des trains, et là ils en suppriment. Ça devient compliqué ». Compliqué ? La situation le devient pour David et Sarah, des touristes américains dont le TGV pour Paris demain semble annulé. « Nous ne savons pas trop où aller dormir demain soir, nous confie le jeune couple. Il va falloir trouver un hôtel, c’est cher à Noël et on ne sait pas trop s’il y a de la place. On va chercher un bus, vous voyez. »

Info voyageurs

Tous les voyageurs, que leur train soit maintenu ou annulé et quel que soit le billet TGV INOUI, OUIGO ou INTERCITES, pourront bénéficier d’un remboursement de 100 % du prix du billet pour les voyages prévus entre vendredi 2 décembre et lundi 5 décembre inclus. Ou d’un échange sans frais dans tous les trains où il reste de la place jusqu’au jeudi 8 décembre inclus.