Les 10 films de l'année 2008

CINEMA Politique, polémique, poétique ou déceptif, retour en vidéo sur les films qui ont compté...

Sandrine Cochard

— 

"Valse avec Bachir", le documentaire d'animation d'Ari Folman
"Valse avec Bachir", le documentaire d'animation d'Ari Folman — New Israeli Foundtion for Cinema & Television

Politique, polémique, poétique ou déceptif, retour en vidéo sur les films qui ont compté cette année.

«Bienvenue chez les Ch’tis»
27 février

Le premier semestre 2008 est marqué par la déferlante «Cht’i», le carton inattendu de Dany Boon qui a remis le patois nordique au goût du jour. Le film enregistre plus de 20 millions d’entrées (précisément 20.435.557 spectateurs), effaçant ainsi le record de 14 millions, détenu jusqu’alors par «La grande vadrouille». Un record qui dope à lui seul l’ensemble du cinéma français, dont la fréquentation des salles augmente de 49,1% par rapport à 2007. Au final, le film est un succès commercial et international, dont les droits seront même rachetés par Will Smith himself pour une adaptation américaine.



«Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal»

21 mai

Présenté en avant-première mondiale lors du Festival de Cannes, le 4e opus des aventures d’Indiana Jones fait pschitt. Les premiers spectateurs lui réservent un accueil mitigé et déplore un certain mélange des genres. Au final, le film tant attendu ne rapportera «que» 786 millions de dollars (612 millions d’euros).



«Valse avec Bachir»
25 juin

Injustement oublié dans le palmarès du Festival de Cannes, ce «documentaire» d’animation est l’un des temps forts cinématographiques de l’année. Le réalisateur Ari Folman (lire son interview en cliquant ici) se met lui-même en scène dans sa quête d’une mémoire perdue. Où comment se souvenir, 25 ans après, du jeune soldat israélien qu’on a été, témoin involontaire des massacres des camps de Sabra et Chatila, en septembre 1982. Un voyage dans ses souvenirs, entre brutalité et poésie.



«Wall-E»
30 juillet

Le dernier-né des studios Pixar enchante petits et grands mais suscite une polémique: le film d’animation ne déraperait-il pas en associant obésité, décadence et désastre environnementaux? Le film est cependant un succès, engrangeant 488.651.119 de dollars (384 millions d’euros) de recettes dans le monde.




«The Dark Knight»
13 août 2008

L’ombre de l’acteur Heith Ledger, décédé le 22 janvier de la même année, plane sur ce nouvel opus de Batman. Sa prestation en Joker diabolique mais douloureusement humain est acclamée avant même sa sortie en salle et les critiques voient en Ledger le favori dans la course aux Oscars 2009. «The Dark Knight» fait tomber tous les records du box-office américain et récolte près d’un milliard de dollars de recettes (780 millions d’euros).



«Gomorra»
13 août 2008

Adaptation du livre éponyme de Roberto Saviano, «Gomorra» analyse l’étendue du crime organisé par les familles de la Camorra napolitaine. Le film suit les histoires entremêlées de sept personnages confrontés à la mafia et à la violence quotidienne dans les faubourgs de Naples. Le film a raflé le Grand Prix du jury lors du dernier Festival de Cannes.




«Quantum of Solace»
31 octobre

L'action des 22e aventures de James Bond commence une heure après l’histoire de «Casino Royale», le précédent opus. Le film reçoit un accueil mitigé: si son rythme est salué, la froideur excessive de l’agent 007, qui a perdu son humour en route, est critiquée. Le public est tout de même au rendez-vous: le film collecte 482.818.690 de dollars (376,5 millions d’euros).



«Entre les murs»

24 septembre

Le film de Laurent Cantet, adapté du roman éponyme de François Bégaudeau (voir son interview en vidéo en cliquant ici), a ravi le jury du Festival de Cannes, qui lui a octroyé la Palme d’Or. Fort de ce succès et malgré une polémique à sa sortie en salle, le film représentera la France aux Oscars, en février 2009.



«Coluche, l’histoire d’un mec»
15 octobre

Quand Antoine de Caunes s’empare d’une légende… Le titre du film est l’objet d’un litige qui n’empêchera cependant ni sa sortie en salle, ni son succès.



«Mesrine»
22 octobre
19 novembre

Le biopic a décidément été l’une des tendances de cette année cinématographique 2008 (avec Sagan et Spaggiari). Le diptyque sur Jacques Mesrine, alias l’ennemi public n°1, souligne la fascination qu’exercent toujours les bandits sur les spectateurs. Le film sera néanmoins au cœur d’une polémique: l’ex-compagne de Jacques Mesrine accuse le réalisateur Jean-François Richet de porter atteinte à sa vie privée. Elle est déboutée.