Grand Est: Vos cartes à jouer et de jeux de société viennent sans doute de cette usine lorraine

ECONOMIE C'est à Saint-Max, près de Nancy en Lorraine, que l'on trouve la dernière usine de fabrication de cartes à jouer...

Alexia Ighirri

— 

Grand Est: Cartamundi à Saint-Max, la seule imprimerie de France à fabriquer des cartes à jouer et cartes de jeux.
Grand Est: Cartamundi à Saint-Max, la seule imprimerie de France à fabriquer des cartes à jouer et cartes de jeux. — Nicolas Bernard – France Cartes
  • Avec les fêtes de fin d'années, il y aura sans doute des parties de cartes en famille.
  • La société Cartes France, rachetée par Cartamundi et basée à Saint-Max en Lorraine, est le dernier maître cartier du pays. Quelque 10 millions y sont produites chaque année.

Qui dit Noël, dit boîtes de jeux de société comme cadeaux ou parties de cartes en famille. Du coup, vous aurez, sans doute, un peu de la société lorraine France Cartes chez vous.

Rachetée par Cartamundi en 2014 et basée à Saint-Max, à côté de Nancy (Meurthe-et-Moselle), il s’agit de la dernière usine de fabrication de cartes en France. Le « dernier maître cartier de France », définit plus poétiquement Jean-François Roulon, directeur général de Cartamundi France.

10 millions de cartes

Dans cette usine de Meurthe-et-Moselle, quelque 10 millions de cartes sont produites chaque année. Pour la belote, le poker, la cartomancie, le tarot, les jeux des 7 familles mais aussi les cartes dans les jeux de société type Mille bornes ou le jeu éducatif Cartatoto.

L’entreprise a aussi une gamme de jeux de cartes ludiques pour enfants avec, comme best-seller, le jeu de rapidité Color addict.

Parce que les enfants ne sont pas cantonnés aux jeux de société, Cartes France - Cartamundi compte, depuis avril 2017, des jeux de belote, rami, bataille et tarot en version junior, dont les cartes ont des faces aux dessins cartoons. « On s’est rendu compte qu’il manquait un outil pour apprendre aux plus jeunes (mais pas que) à jouer à la belote par exemple, explique Pauline Pawlak, responsable marketing France. Les points sont écrits sur les cartes. Et il y a aussi différentes règles du jeu pour apprendre au fur et à mesure la mécanique de la belote. »

>> A lire aussi: Pourquoi les ventes de jeux de société vont battre un nouveau record à Noël

Avec les fêtes, l’usine doit donc tourner à plein régime non ? Pas forcément, selon Jean-François Roulon : « Notre Noël, c’est plutôt de mai à juillet avec les départs en vacances. Nous avons une typologie de produits familiaux et nomades qui s’adaptent bien aux transports ou aux lieux de vacances, comme le camping ».

Mais oui, une petite coinche avant l’apéro ! Il faut dire aussi que si l’usine lorraine fournit les éditeurs pour leurs jeux de société, ce sont bien les cartes à jouer qui constituent « la majorité de la production. Les gros éditeurs vont eux plutôt chercher à produire à moindre coût ailleurs en Europe », complète-t-il.

Cibler les jeunes actifs urbains

Dès le début de l’année 2018, pour les 170 ans de Grimaud, sa marque phare, Cartamundi France va ressortir des jeux, avec un nouveau design. Avec l’envie de « réenchanter la catégorie du jeu de cartes. Parce que ce n’est pas un simple papier sur lequel est imprimé des couleurs. Il y a une vraie technicité », plaide le directeur général.

Grimaud s’offre en quelque sorte une cure de jouvence. Histoire d’être en adéquation avec l’un des objectifs de Jean-François Roulon : parler à un public de jeunes actifs urbains, entre 15 et 30 ans. « On est partenaire d’animations dans certains quartiers de Paris avec l’association Belote not dead, qui recherche des valeurs sur lesquelles on veut aussi se positionner, assure le directeur général. Celles de se retrouver autour d’un jeu de cartes pour rigoler, socialiser, etc. On peut faire un parallèle avec la pétanque et son côté lifestyle. »

Avant de partir à la conquête des plus jeunes, place aux fêtes de fin d’année. D’ailleurs, à quoi Jean-François Roulon jouera le soir du réveillon ? « J’ai trois enfants, je vais sûrement jouer avec la plus jeune, qui a 10 ans, à Mimiq. C’est un jeu de familles où l’on doit réclamer une carte en faisant la grimace adéquate », répond-il.

De notre côté, ce sera davantage une partie de poker ou de rami en famille. La grimace sera, elle, réservée aux perdants. Et vous ?