« Au début, on nous prenait pour des extraterrestres »

— 

David Bartoli
Fondateur des Plages électroniques
Que penses-tu de la multiplication des festivals électro ?
Au début, on nous prenait pour des extraterrestres. Aujourd'hui, le public est mûr et l'électro est enfin rentrée dans les mœurs. A Cannes, le festival Pantiero en a été l'élément déclencheur et les Plages ont été le moteur de ce phénomène. Je suis content, pour ne pas dire surpris, de voir l'intérêt des promoteurs parisiens. Même si c'est parce qu'ils ont flairé la bonne affaire et viennent récupérer le travail acharné fait par les associations locales depuis dix ans.
En coulisses, la guerre gronde-t-elle entre les organisateurs ?
Je ne pense pas qu'il y ait une guerre… Mais plus une simple confrontation entre des événements artisanaux et de grosses machines. Mais, la réussite d'un événement passe par des concepts forts, et pas uniquement par des têtes d'affiches… Il faut aussi à mon sens des ancrages locaux. Il ne suffit pas d'avoir de l'argent… La preuve, on fait des trucs très bien sans en avoir !