L'UMP azuréenne veut « résister »

— 

« Ici, on a toujours résisté mieux qu'ailleurs. » A la permanence niçoise de l'UMP, les élus azuréens de droite se sont tout de suite tournés vers les prochaines élections législatives qui se dérouleront au mois de juin. « Nous avons perdu une bataille, pas la guerre », a lancé l'adjoint au maire (Nouveau centre) de Nice, Rudy Salles. « Nous pouvons tout de même être fiers du résultat réalisé par Nicolas Sarkozy à Nice et dans le département », a souligné Eric Ciotti, le président du conseil général, qui reconnaissait tout de même « une lourde défaite » au plan national. Quant à l'avenir du parti... « Il faut rester unis » a martelé l'élu UMP. Même si « on entendra évidemment des voix discordantes », a-t-il prévenu. Dehors, certains militants s'avouaient « déçus pour la France », voire « écœurés », comme Jenifer, engagée dans la politique à l'occasion de cette campagne... qui « s'attendait » tout de même à ce résultat.

Résultats

Selon les résultats partiels sur 36,8% des incrits azuréens, Nicolas Sarkozy obtenait dans les Alpes-Maritimes 64,5% des suffrages contre 34,6 % pour François Hollande.