Nouvelle base pour les gardiens de l'eau

Aurélie Selvi

— 

La Tour rouge est opérationnelle 365 jours par an et 24h/24.
La Tour rouge est opérationnelle 365 jours par an et 24h/24. — A. SELVI / ANP

Des locaux rénovés pour les anges gardiens de la Méditerranée. Créée en 1971, la base de secours en mer de la Tour rouge, à l'Est du port de Nice, s'offre un lifting total à l'approche de la saison estivale. Exit les salles très étroites qui prenaient l'eau les jours d'intempéries. Dès le mois de juin, les 27 pompiers niçois du Groupe d'intervention nautique (GIN) disposeront de meilleurs moyens logistiques* : vestiaire sec pour s'équiper lors d'intervention incendie, espace dédié aux plongeurs, salle de sport, locaux de stockage, zone d'embarquement et quai repensés, mais aussi lieux de vie plus confortables.
« Depuis juin 2000, cette base de secours en mer est la seule de France à être opérationnelle 365 jours par an et 24 h/24. Quatre pompiers y sont mobilisés quotidiennement et disposent de 3 bateaux de sauvetage », détaille le capitaine Génovèse, responsable du site.

De Cap-d'Ail à Cagnes
Leur mission : le secours en milieu aquatique, de l'accident de plage au nageur en difficulté, du feu de bateau… au dauphin échoué. Leur champ d'action : 33 km de côte, de Cap d'Ail à Cagnes-sur-Mer. En 2011, les pompiers de la Tour rouge ont mené 267 opérations, dont 95 de « sauvetage et assistance ». Inaugurée au début du mois de juin prochain, leur base rénovée offrira aussi un espace dédié à la formation, pour parfaire leurs techniques d'interventions.

à Nice, des pompiers « pionniers »

C'est dans la capitale azuréenne, au début des années 60, que les premiers plongeurs français de la sécurité civile ont été formés. « A l'initiative du colonnel Arlot, un passionné de la mer qui connaissait bien le commandant Cousteau », détaille le capitaine Génovèse, responsable de la base de la Tour Rouge. A la même époque, Nice se dota du premier poste de secours en mer du pays.