Les cancers du sein suivis au plus près

alexia Ighirri

— 

Le gynécologue Bernard Flipo milite pour une prise en charge rapide des patientes.
Le gynécologue Bernard Flipo milite pour une prise en charge rapide des patientes. — Alexia IGHIRRI / ANP

Des murs couleur taupe, une décoration raffinée et moderne… A Nice, la clinique du sein du centre Antoine Lacassagne ressemblerait presque à un institut de beauté. Et pourtant c'est à un véritable fléau (lire l'encadré) que ce nouveau service, qui a ouvert au public lundi, est dédié : celui du cancer du sein. Logée au premier étage du centre médical, la structure de 600 m² a « un fonctionnement quasiment indépendant. C'est une clinique dans la clinique », explique l'architecte des lieux André Biancheri, qui a créé un espace pensé pour les femmes. « La patiente entre dans une ambiance sereine qui contraste avec l'angoisse provoquée par la maladie », poursuit le professeur José Santini, directeur général du centre.

Jusqu'à 150 patientes
De la délivrance d'informations au traitement thérapeutique, en passant par le diagnostic, tout se fait sur ce même site, première structure de ce type de la région Paca. « Et tout est pris en charge par la Sécurité sociale, pour que cela convienne au plus grand nombre », souligne José Santini. Une ligne téléphonique a été spécialement ouverte pour la clinique du sein*, au bout de laquelle une auxiliaire d'accueil fixe des rendez-vous le matin. « Ce qui laisse ensuite toute la journée pour faire des examens », indique le gynécologue, Bernard Flipo. Près de 20 professionnels sont affectés à ce service, qui peut accueillir entre 100 et 150 personnes par jour.

Hausse des interventions

En 2011, le centre Antoine Lacassagne a recensé environ 5 600 mammographies et 850 interventions chirurgicales. « Soit une hausse comprise entre 8 et 9% », signale le docteur Bernard Flipo. L'an dernier dans les Alpes-Maritimes, 39 273 mammographies ont été réalisées permettant ainsi de dépister 203 cancers.