En Paca, l'agriculture bat la campagne

À Marseille, C. delabroy

— 

Le nombre d'exploitations en Paca a baissé de 24 % en dix ans.
Le nombre d'exploitations en Paca a baissé de 24 % en dix ans. — J.C. MAGNENET / ARCHIVES ANP

Replacer l'alimentation au centre des débats. Tel est l'objectif de la campagne nationale « Alimentons 2012 », déclinée ces jours-ci en région Paca. « Nous avons monté un collectif pour interpeller les candidats aux législatives sur les enjeux alimentaires et agricoles », annonce Patricia Lenne, coordinatrice du Centre d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural en Paca. Avec d'autres structures, cet organisme travaille à un questionnaire, qui sera remis aux candidats (lire encadré). Parmi les problématiques soulevées, celle du foncier apparaît comme prégnante. « Moins de 20 % de la surface régionale est aujourd'hui agricole », indique en effet Michel Apostolo, porte-parole de la Confédération paysanne Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Transmission
Cette pression foncière a des incidences sur le nombre d'exploitations, en baisse selon le collectif de 24 % entre 2000 et 2010. « Les transmissions, si elles ne sont pas familiales, sont difficiles tant il faut disposer d'un capital important », poursuit Michel Apostolo. Il entend ainsi poser la question des critères d'aides à l'installation, par exemple réservées aux moins de 40 ans, « alors que les métiers attirent un public de plus en plus varié. » Président de Filière paysanne, Jean-Christophe Robert soutient lui l'idée d'un projet de loi permettant de geler les surfaces agricoles. D'où l'intérêt d'interpeller les futurs parlementaires.

mode d'emploi

Le questionnaire doit être transmis d'ici à quelques jours par mail et courrier aux candidats aux législatives. Leurs réponses seront publiées sur le site national www.alimentons2012.fr, et une synthèse régionale devrait être présentée le 31 mai prochain. Des réunions publiques seront également organisées durant le mois de mai.