« Il reste encore des plages non-conformes à la loi »

— 

Le « décret plage » pris par le gouvernement en 2006 oblige les plagistes à démonter leurs installations en dehors d'une période d'exploitation qui ne peut excéder six mois par an. « Des aménagements qui peuvent rester en place tout au long de l'année, en fonction de la concession accordée à l'expoitant », précisent les services de l'Etat.

Des démolitions à financer
Le long du littoral azuréen, « certains établissements ne sont toujours pas en conformité avec ce décret », assure-t-on du côté de la préfecture des Alpes-Maritimes... mais leurs démolitions d'office sont difficiles à financer par l'Etat. L'application de ce décret ne se faisant qu'au fur et à mesure du renouvellement des concessions, « seules les villes de Nice, Cagnes-sur-mer et Mandelieu sont concernées », explique-t-on. Des communes où plus aucune plage ne sera en irrégularité avec les travaux réalisés au Castel plage (à Nice) et après la démolition de la Gougouline (à Cagnes-sur-mer) au printemps dernier.