Escota pas prêt à s'engager pour co-financer le tunnel de la Victorine

— 

Relier la sortie Ouest de la voie rapide à la route de Grenoble. C'est l'objectif du tunnel de la Victorine. En conseil métropolitain, une concertation publique a été actée pour le printemps. Or, si une livraison est prévue pour 2016, un doute plane sur le financement. Pour réaliser cet ouvrage de 700 mètres à 100 millions d'euros, Nice Côte d'Azur comptait sur une participation d'Escota. « Le conseil d'Etat a estimé que cette portion ne dépendait pas du concessionnaire autoroutier, nous n'avons donc pas à prendre part au financement », note le P-Dg de la société. Seul condition pour mettre la main au porte-monnaie : « revoir le projet pour qu'il arrive jusqu'à l'A8. Escota pourrait alors envisager de payer la portion entre la sortie du tunnel et l'A8 », détaille-t-il. Une option pas à l'ordre du jour pour Nice Côte d'Azur, dont les juristes étudient actuellement différents montages financiers. « Un partenariat public-privé est envisageable… Comme un financement propre, en mettant, en place un péage urbain en périphérie pour générer des recettes », évoque Christian Estrosi, président de Nice Côte d'Azur.