Un nouveau terminal pour l'aéroport

J. C. MAGNENET

— 

Les nouvelles bases d'Air France et d'EasyJet vont dès cette année booster le trafic.
Les nouvelles bases d'Air France et d'EasyJet vont dès cette année booster le trafic. — J. C. MAGNENET / ARCHIVES ANP / 20 MINUTES

L'aéroport Nice Côte d'Azur prépare un nouvel envol. Les dirigeants de la société qui gère la plate-forme aéroportuaire ont annoncé hier la création d'un nouveau terminal à l'horizon 2019. « Destiné au moyen courrier, il sera implanté à l'Ouest de l'actuel Terminal 2 », détaille Bernard Kleynhoff, président du conseil de surveillance de la société aéroportuaire, et par ailleurs président de la CCI azuréenne.

Deux ans de travaux
« Ce nouveau terminal, qui nécessitera 2 ans et demi de travaux, devrait permettre de gérer 4 millions de passagers supplémentaires », complète Hervé de Place, président du directoire. Une structure qui ne sera pas estampillée « low-cost », mais « middle-cost », explique le haut-cadre. « Un terminal 100% low-cost n'est pas adapté aux demandes des compagnies aériennes », selon lui.
Ce terminal qui ne sera pas équipé de passerelles, où l'embarquement se fera à pied et le tri des bagages sera manuel, doit permettre de réduire les « rotations » des avions (le temps entre l'atterrissage et le redécollage) à 25 minutes. Une enveloppe de 80 millions d'euros est prévue pour sa réalisation. Les toutes premières études seront lancées dès cette année.

Saturation
L'aéroport niçois anticipe ainsi la saturation de ses actuelles installations. En 2011, sa fréquentation a battu un record, avec 10,4 millions de passagers. Ses dirigeants attendent 11 millions de personnes cette année, et en prévoient 12,5 millions pour 2016... soit quasiment la capacité maximale de la plate-forme. « Et si besoin, le début des travaux du nouveau terminal pourra être avancé d'un an », conclut Hervé de Place.

Bénéfices

L'aéroport prévoit une augmentation de plus de 100% de ses bénéfices entre 2011 ( 9,2 millions d'euros) et 2016 (19,1 millions d'euros).