En 2011, 592 Azuréens ont pu débattre.
En 2011, 592 Azuréens ont pu débattre. — E. ROUSSEAU / ANP / 20 MINUTES

Nice

Jeunes et homophobie, des associatifs ouvrent le débat

Éducation A Nice, Sida info service et Les ouvreurs sensibilisent les ados

«Je quitte ma posture et je marche vers Arthur. » Omar, ce gamin des cités, n'en pouvait plus. Le rejet, la honte : c'était trop ! « J'ai pas volé, j'ai pas tué, je suis simplement un pédé ». Il fugue et rejoint Arthur, son petit copain. Vendredi dernier, dans une classe de 3e du collège Jean Giono, à Nice. Le court métrage diffusé par l'association Les Ouvreurs touche à sa fin. Dans la salle, pas un bruit. Même les plus turbulents se sont tus. Pour Benoit Arnulf, président de l'association niçoise et Jean Paul Parringaux, chargé de mission à Sida info service, le tour est joué. « Le père de Omar lui dit de changer de sexualité, mais ce n'est pas possible », s'énerve Manon.

Déconstruire des idées reçues
Le débat peut commencer. « Que ressentez-vous ? », lance Jean-Paul Parringaux aux élèves. Un à un les mots fusent et sont inscrits au tableau : « compassion », « tristesse », « peine »… Rapidement le consensus s'opère entre les collégiens : « C'est pas anormal d'être lesbienne ou homosexuel ».
« Y a-t-il des pays ou l'homosexualité est punie ? », enchaîne alors Benoit Arnulf. Rachad sort de son silence et rappelle qu'« en Iran, ils exécutent les homos. » L'exercice aura duré deux heures. L'objectif reste de « déconstruire des idées reçues, des stéréotypes », explique Benoît Arnulf, satisfait à l'issue de la séance. Cette année, une dizaine d'établissements scolaires des Alpes-Maritimes bénéficieront de cette campagne de sensibilisation.

L'aide au bout du fil

Testées dès 2008 sur la Côte, ces séances jeune public complètent le dispositif « Ligne azur », lancé par l'Education nationale et Sida info service. Au 0810 20 30 40, les jeunes peuvent échanger sur leur identité sexuelle. En 2010, environ 40% des appels étaient passés par des 10-15 ans.