Accélération fulgurante des vols de deux-roues

Aurélie Selvi

— 

En bas, l'une des récentes prises de la cellule spéciale, mise en place à Nice.
En bas, l'une des récentes prises de la cellule spéciale, mise en place à Nice. — ANP / 20 MINUTES

«Dans les Alpes-Maritimes, on note une très forte poussée des vols de deux-roues. » Le constat est sans appel. Hier, à l'occasion de la présentation du bilan 2011 de la délinquance azuréenne (lire ci-dessous), c'est Patrick Chaudet, directeur départemental de la sécurité publique qui l'a dressé. « Au mois de novembre et décembre dernier, le nombre de faits a augmenté de 100% par rapport à 2010 », constate le responsable. Avec, en moyenne, 500 à 600 faits mensuels recensés dans le département, dont environ 50% commis à Nice. Entre le 1er et le 13 janvier dernier, sur la Côte, la police nationale a déjà enregistré la bagatelle de 201 vols, soit une moyenne de quinze par jour.

Revendus en Tunisie
Dans la capitale azuréenne, pour stopper l'hémorragie, une cellule spéciale a vu le jour il y a une semaine à la Sûreté départementale. Six policiers enquêteurs, rattachés à un groupe d'experts spécialisés dans la délinquance organisée, chargés de « centraliser et de recouper les informations qui nous proviennent de la voie publique », détaille le commissaire Hergot, chef de la Sûreté. Objectif :constituer des dossiers pour « démanteler des trafics et y apporter une réponse pénale ».
Car, au milieu des petits larcins courants, un phénomène nouveau a récemment fait son apparition : « Sans doute poussés par le flou artistique douanier et portuaire post-Printemps arabe, de nombreuses personnes acheminent ces deux-roues vers la Tunisie via Gênes, pour les revendre en pièces plus ou moins détachées », constate la Sûreté. Avec un modus operandi souvent similaire : des voleurs qui patrouillent en ville de nuit, au volant d'une fourgonnette, pour y charger les deux-roues, « du petit scooter à la grosse cylindrée », détaille un agent. A Nice, ces deux derniers mois, le phénomène aurait même explosé dans les quartiers Saint-Roch, Vauban et Cimiez. La semaine dernière, la cellule de la Sûreté, qui a renforcé ces liens avec les autorités italiennes et le Centre de supervision urbain de Nice, a effectué 14 gardes à vue et retrouvé une quinzaine de scooters dérobés.