Bras de fer face aux suppressions de postes

Jean Christophe Magnenet

— 

118 postes devraient être supprimés.
118 postes devraient être supprimés. — A. SELVI / ARCHIVES ANP / 20 MINUTES

Demain, les débats risquent d'être houleux au rectorat de Nice. Un comité technique académique (CTA) rassemblera les représentants élus des syndicats et le recteur de l'Académie de Nice, Claire Lovisi. En jeu, la répartition des suppressions de postes annoncés par le gouvernement. « Nous sommes engagés dans un bras de fer », explique Gauthier Broquet, secrétaire départemental de la FSU dans le département. « Paris a décidé de retirer 256 emplois d'enseignants et 7 emplois administratifs dans l'Académie », selon lui. Reste à savoir comment seront réparties ces coupes.

Les Rased dans le viseur
C'est au cours de ce CTA que seront partagées ces suppressions en fonction des zones géographiques, notamment entre le Var et les Alpes-Maritimes, et des types de postes. « On s'attend surtout à ce que les assistants de langues étrangères et les Rased [Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté] soient les plus touchés », juge Gauthier Broquet. Du côté des parents d'élève, « nous nous sommes déjà réunis pour évoquer ensemble des moyens d'action », annonce Daniel Caillier, président de la FCPE dans le département. Ils y verront plus clair à la fin du mois. Un comité technique départemental devrait alors préciser les postes supprimés par établissement. L'année dernière, « les parents se sont mobilisés dans une bonne dizaine d'écoles ou de collèges des Alpes-Maritimes », rappelle le dirigeant.

Tous les degrés sont touchés

Selon les chiffres du syndicat FSU, dans l'Académie de Nice (Var + Alpes-Maritimes), 118 postes de professeurs des écoles devraient être supprimés dans le premier degré, 113 emplois dans le second degré.