La contestation de la LGV gagne la Côte

J. C. MAGNENET

— 

Le projet de LGV Paca devrait mettre  Nice à 4 h de Paris.
Le projet de LGV Paca devrait mettre Nice à 4 h de Paris. — J. C. MAGNENET / ARCHIVES ANP / 20 MINUTES

«Dans l'état actuel des choses, il ne peut y avoir de LGV en Paca. » Les tracés de ligne à grande vitesse (LGV) présentés par Réseau ferré de France (RFF) font aussi grincer des dents dans les Alpes-Maritimes. Délégué départemental de la Fédération nationale des associations des usagers des transports (Fnaut), Jean-Philippe Isnard dénonce le processus de concertation en cours. « Pendant ces réunions publiques, RFF ne fait que nous présenter les quatre tracés, décidés par et pour les politiques sans avoir demandé l'avis des associations locales », décrie le responsable. Des séances suspendues dans le Var et les Bouches-du-Rhône la semaine dernière par RFF, à la demande des préfets, après les tensions qui ont émaillé les débats. Dans le Var, ce sont les agriculteurs qui craignent pour leur terroir.

« Ni coût ni délais »
Sur la Côte d'Azur, « ça commence à bouger dans la vallée de la Siagne et la bassin grassois », indique Jean-Philippe Isnard, qui se déclare « pour une LGV, mais avec un tracé plus au Nord du département ». Et si la contestation n'y est pas encore très forte, « c'est parce que les conséquences de ces tracés pour les Azuréens ne commencent à émerger concrètement que maintenant », selon lui.
Vice-président du conseil général en charge de l'écologie et du développement durable, Lionnel Luca (UMP) sonne lui aussi le tocsin. « Les élus locaux ne laisseront pas passer le projet comme présenté actuellement », prévient-il. « Entre deux tunnels, la LGV doit passer sur des terres classées Natura 2 000, notamment à Villeneuve-Loubet », zone couverte par la 6e circonscription des Alpes-Maritimes, dont il est le député. « D'autant que RFF ne donne ni de coût ni de délais précis », tonne l'élu.
De son côté, la CCI Nice Côte d'Azur espère que « les intérêts de quelques-uns ne [seront] pas source de retard dans ce projet structurant pour l'économie ». La mise en service est encore annoncée pour 2023 par RFF. « Pour l'instant, c'est nous qui sommes dans le tunnel, et on n'y voit pas très clair », ironise Lionnel Luca.