La LGV sous le feu des critiques

— 

La contestation est sur les rails. La future LGV, sensée rapprocher Nice de Paris, fait l'objet d'une opposition grandissante dans les départements voisins des Alpes-Maritimes. Avant hier, environ 2 000 personnes se sont rassemblées dans le Var pour un défilé de protestation, à l'appel d'associations et d'élus -de tous bords- de communes concernées. « Nous sommes opposés à tous les tracés dans la zone sud car ils entraînent des destructions inacceptables de sites de terroirs uniques, comme le vignoble de Bandol », affirme Olivier Thomas conseiller municipal d'opposition à Sanary (UMP). Tous dénoncent le flou entourant le dossier, malgé un processus de concertation engagé par RFF qui doit s'achever le 22 décembre. Dès aujourd'hui, élus et représentants d'une quinzaine de communes rédigeront un manifeste contre la LGV, qui sera remis aux préfets du Var et des Bouches-du-Rhône. Le député maire (UMP) de Six-Fours interpellera quant à lui la ministre de l'Ecologie et des Transports lors de la séance de questions à l'Assemblée.J. Comin, à marseille