Les commerces de Nice-Est sur le qui-vive

J. C. Magnenet

— 

Les organisateurs du contre-sommet ont été hier à la rencontre des commerçants.
Les organisateurs du contre-sommet ont été hier à la rencontre des commerçants. — J.C. MAGNENET / ANP / 20 MINUTES

«On s'attend à une mobilisation bon enfant. » Franck Gaye veut y croire. Ce porte-parole du collectif azuréen Face au G20 était hier avec une poignée d'altermondialistes dans les rues de Nice-Est pour battre le pavé, et venir à la rencontre des commerçants. Objectif : dédramatiser la manifestation prévue une semaine plus tard et organisée en écho du G20 de Cannes. Entre 6 000 et 12 000 personnes sont attendues cet après-midi-là pour défiler de l'esplanade De Lattre de Tassigny jusqu'aux anciens abattoirs frigorifiques de la ville, en passant par les boulevards Saint-Roch et Virgile Barrel, avant de rejoindre la route de Turin via Pont Michel.

Vitrine barricadée
Un parcours le long duquel les commerçants sont « inévitablement inquiets, le contraire serait de l'inconscience », rappelle le président de la Fédération du commerce niçois et azuréen, Philippe Desjardins. « Nous partons du principe que ce sera bien encadré, mais on ne sait jamais à l'avance ce qu'il peut se passer », précise le dirigeant, qui tient lui-même une boutique sur le boulevard Saint-Roch.
Certains ont fait le choix de barricader leur vitrine, comme Ludovic Bablée, du restaurant Ma Cave. « La police municipale est passée nous conseiller de fermer l'après-midi du 1er », explique le restaurateur. Le souvenir des vitrines cassées lors du sommet de Nice, en 2000, est évidemment dans toutes les têtes. « Nous ne sommes pas dans la même situation », juge pourtant l'un des organisateurs de la manifestation, Raphaël Pradeau.

Un service d'ordre déployé
« Les mouvements anarchistes et libertaires n'appellent pas à se rendre à Nice cette fois, mais dans d'autres villes », détaille le responsable. « On ne peut évidemment pas garantir qu'il n'y aura pas de débordements », reconnaît toutefois Franck Gaye. « Mais en plus de forces de police, un service d'ordre d'au moins 100 personnes sera déployé », souligne le Niçois.