L'élection de Baudin et d'estrosi-sassone annulée

J.C. MAGNENET

— 

Des scrutins qui restent incertains.
Des scrutins qui restent incertains. — J.C. MAGNENET / ARCHIVES ANP / 20 MINUTES

Surprise, hier, au tribunal administratif de Nice. Les juges ont décidé de donner suite au recours porté par Jacques Peyrat (Entente Républicaine) pour faire annuler l'élection de Dominique Estrosi-Sassone (UMP) dans le 14e canton de Nice. « Le tribunal a considéré que les électeurs avaient été trompés et que la sincérité du scrutin avait été altérée », indique l'ancien maire de Nice. En cause, l'allusion faite au Front National par un autre candidat, Max Baeza, sur ses documents électoraux, alors que Jacques Peyrat avait obtenu le soutien du parti frontiste.

Le conseil d'Etat saisi
« Il est tout de même difficile de croire que les électeurs aient fait leur choix sans connaître les positions de Jacques Peyrat », juge de son côté Dominique Estrosi-Sassonne. L'adjointe au maire de Nice a dès hier annoncé son intention de faire appel devant le conseil d'Etat. Cette haute juridiction devrait se prononcer dans les six mois. Si elle donnait raison aux juges niçois, le préfet des Alpes-Maritimes aurait alors deux mois pour organiser un nouveau scrutin.
Une autre élection pourrait également se rejouer à Nice dans le 7e canton. La victoire de Bernard Baudin (UMP) vient d'être annulée suite à un recours déposé par Dominique Boy-Mottard (PRG), conseillère générale sortante. « Des signatures très différentes avaient été constatées face aux mêmes noms, à deux tours d'intervalle », rappelle celle qui avait été doublée au premier tour par Bernard Baudin, « de 16 voix seulement ». Ce dernier va faire appel.

Vestri fait appel

Le tribunal administratif de Nice a rejeté le recours du maire de Saint-Jean Cap Ferrat, conseiller général sortant, visant à faire annuler l'élection de Xavier Beck dans le canton de Villefranche. René Vestri a décidé de faire appel devant le conseil d'Etat.