« Des élèves handicapés sans suivi »

Aurélie Selvi

— 

Hier, entre 1 450 et 2 500 profs et parents ont défilé dans les rues de la capitale azuréenne.
Hier, entre 1 450 et 2 500 profs et parents ont défilé dans les rues de la capitale azuréenne. — A. SELVI / ANP / 20 MINUTES

«Non aux inégalités scolaires, oui à une école démocratique ! » C'est le message qu'ont voulu faire passer professeurs et parents d'élèves (1 450 selon la police, 2 500 selon les syndicats) hier dans les rues de Nice. Parmi les problématiques azuréennes pointées du doigt, le manque d'auxiliaires de vie scolaire (AVS) inquiète tout particulièrement. Leur rôle : accompagner les enfants handicapés ou en grande difficulté plusieurs heures par semaine. Le hic : « Il en manque plusieurs centaines dans le département cette rentrée », assure Sarah Labat-Jacqmin, administratrice départementale de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), en charge du handicap. La faute au statut « trop précaire » de cet emploi, selon la représentante : « on propose aux AVS des contrats de quelques heures pour une courte durée, qui excèdent rarement les 850 € par mois, et leurs frais de déplacement ne sont pas remboursés... Dans ces conditions, il ne faut pas s'étonner qu'il n'y ait pas assez de candidats. »

« Des élèves en attente »
« Rien qu'à La Trinité, 12 enfants sont en attente d'une auxiliaire de vie scolaire », pointe Nathalie, directrice d'une école sur cette commune. Dans sa classe de CE2, c'est le cas de l'une de ses jeunes élèves, atteinte de dyslexie. « Elle ne sait pas encore lire et aurait besoin d'une aide personnalisée. Ce manque peut être très dommageable pour les enfants en difficulté », s'alarme l'institutrice. Une situation dont l'Inspecteur d'académie assure avoir conscience : « la demande, en nombre d'élèves et en heures de suivi, est plus importante cette rentrée, ce qui rend les choses compliquées », admet Philippe Jourdan, qui a reçu pour septembre « entre 50 et 60 nouvelles notifications » d'enfants handicapés nécessitant un AVS. « Mais, pour la première année, nous avons des moyens, et des recrutements sont en cours afin de répondre à l'ensemble des besoins », assure l'Inspection d'académie des Alpes-Maritimes.