Les arômes azuréens sentent bon la croissance

Jean Christophe Magnenet

— 

C'est un business qui fait toujours recette. Alors que l'activité économique semble à la peine dans les Apes-Maritimes, avec une reprise qui s'essouffle, les producteurs d'arômes azuréens ont toujours le vent en poupe. Selon les derniers chiffres présentés par la chambre de commerce et d'industrie (CCI) Nice Côte d'Azur, ces entreprises, qui font partie du pôle « sciences du vivant » azuréen, et qui pour la grande majorité d'entre elles sont regroupées autour de la ville de Grasse, ont encore vu leur chiffre d'affaires augmenter depuis le début de l'année.

+ 3 % d'embauches
Entre les mois de janvier et juin derniers, leurs facturations ont ainsi augmenté de 8 %, là où d'autres secteurs d'activités, (comme les nouvelles technologies, lire ci-dessous) font grise mine. De plus en plus d'Azuréens mitonnent ainsi des arômes pour les industries du monde entier, puisque dans le même temps l'emploi a augmenté de 3 % au sein de ces entreprises du bassin grassois. Et cela ne semble pas près de s'arrêter, puisque « les carnets de commandes sont bien remplis et la croissance [de ces sociétés] devrait se poursuivre au second semestre 2011 », commentent les services de la CCI.

Les grandes entreprises souffrent
De bonnes nouvelles qui ne doivent pas cependant masquer le manque de dynamise de l'économie azuréenne. Certes, la saison touristique aura été très bonne pour les professionnels de l'hôtellerie, et l'aéroport de Nice a enregistré cet été une fréquentation record. Mais l'activité des grandes entreprises azuréennes ralentit, avec des ventes internationales qui diminuent. Résultat des courses : hors du bassin grassois, le nombre d'embauches ne progresse peu ou pas, voire risque de diminuer, comme à Sophia Antipolis. Le département comptait ainsi à la fin de mois de juin 48 900 demandeurs d'emploi de catégorie A.

à sophia, des grandes entreprises à la peine

Les nouvelles ne sont pas bonnes du côté de Sophia Antipolis. Au cours des six premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires enregistré par les entreprises azuréennes spécialisées dans les technologies de l'information et de la communication (Tic), essentiellement regroupées sur cette technopôle, a baissé de 4 %... Un recul qui provient de l'activité « d'un petit nombre de grandes entreprises », précisent les services de la CCI.