Dernière ligne droite pour trouver un toit sur la Côte

Aurélie Selvi

— 

A Nice, le Centre régional information jeunesse dispose encore d'une quarantaine d'annonces de logements étudiants.
A Nice, le Centre régional information jeunesse dispose encore d'une quarantaine d'annonces de logements étudiants. — A. SELVI / ANP / 20 MINUTES

Se loger, pas toujours un parcours de santé pour les étudiants azuréens. A l'heure de la rentrée universitaire, 20 Minutes fait le point sur les solutions de dernière minute pour trouver un toit.

Où chercher en septembre ? Au Crous, les 3 010 lits en résidences étudiantes sont pris mais le service « logement en ville » dispose encore de 433 offres de bailleurs privés. Chaque année, l'organisme reçoit environ 9 000 demandes mais ne peut répondre qu'à une sur trois. Du côté du Centre régional information jeunesse (Crij), une quarantaine d'annonces cherche encore preneur (studios, collocations ou chambres chez l'habitant). D'ici à quinze jours, la Fédération des associations et corporations étudiantes azuréenne (Face 06) proposera sur son site un outil de dépôt et de recherche d'annonces. « Il permettra aussi d'indiquer les appartements qui se libèrent en cours d'année », détaille Pierre Barone, président de la Face 06.

Combien ça coûte ? « Pour une chambre chez l'habitant, il faut compter entre 350 et 400 euros, une centaine de plus pour un studio, entre 300 et 500 euros pour une collocation, mais cela varie selon les secteurs », détaille Véronique Aimardi, informatrice au Crij, qui conseille de passer de particulier à particulier pour éviter les frais d'agence.

Quelles solutions transitoires ? Le temps de trouver, les étudiants peuvent se retourner vers un centre d'hébergement temporaire, un foyer d'accueil ou une auberge de jeunesse (à partir de 19€ la nuit avec petit déjeuner).
Comment s'informer ? Le Crij édite chaque année depuis 6 ans un Guide du logement. Il recense bonnes adresses, aides financières, notions de droit et pièges à éviter. A retirer sur place.