« La rentrée du grand changement »

Aurélie Selvi

— 

En 2011, Nice a mené 248 chantiers dans 129 écoles pour un investissement de 15,8 millions d'euros. A Nice Flore, l'école élémentaire sera elle aussi bientôt rénovée.
En 2011, Nice a mené 248 chantiers dans 129 écoles pour un investissement de 15,8 millions d'euros. A Nice Flore, l'école élémentaire sera elle aussi bientôt rénovée. — A. SELVI / ANP / 20 MINUTES

A la maternelle Nice Flore, les rentrées se suivent mais ne se ressemblent pas. Hier, c'est un établissement tout neuf qu'une partie des 225 bambins inscrits a investi. Construit dans les années 50 à l'Ouest de la ville, le lieu, devenu vétuste, avait bien besoin d'un coup de frais. Un vaste chantier de rénovation, lancé en juin 2010, l'a entièrement modifié. « Cela fait très longtemps que l'école attend ça. On peut dire que c'est la rentrée du grand changement ! », se réjouit Catherine Isacchi, la directrice. De la métamorphose même : sanitaires, dortoirs et salles de gym multipliés par deux, nouvelle cantine... Avec ses 3 000 m², cour de récré incluse, l'établissement a plus que doublé sa superficie.
Hier, dans les neuf classes flambant neuves, l'heure était à la découverte pour les petits envahisseurs. « L'école, elle est plus pareil. Elle est trop belle », dixit Rayanne, 5 ans, cette année « chez les grands ».

« Des ajustements à faire »
Un bouleversement qui nécessite tout de même un temps... d'adaptation. « C'est très bien mais il va falloir prendre ses marques, s'approprier le lieu. D'autant qu'il reste quelques ajustements à faire », note Marie-Laure Sanchez, institutrice à Nice Flore depuis 6 ans. Vide, la nouvelle bibliothèque n'a pas encore reçu son mobilier et ses bouquins, tout comme la salle informatique qui attend... ses ordinateurs. « Cet été, il y a également eu pas mal de vols sur le chantier. La machine à laver, une télévision et quelques affaires disparues n'ont pas encore été remplacées », glisse une autre maîtresse.
Rien à voir cependant avec la rentrée 2010-2011. Touchée par les travaux, la totalité de la maternelle s'était délocalisée dans des préfabriqués, en plein milieu de la cour de l'école élémentaire. « Entre le bruit, la poussière du chantier et le manque d'espace, tout le monde avait beaucoup souffert », se souvient une enseignante. Les parents non plus n'ont pas oublié. Hier après-midi, à l'heure de la sortie, personne ne boudait son plaisir. « ça change tout ! L'année dernière, il faisait surtout très chaud et le petit rentrait très fatigué en fin de journée », se souvient la maman de Zied, 4 ans. L'enthousiasme est le même pour cette mère de jumelles en moyenne section : « Les classes sont spacieuses. J'avoue, cette rentrée, je suis un peu soulagée ».