A Cannes, un dispositif rôdé depuis presque deux ans

— 

La cité des festivals s'est lancé dans la vidéo-verbalisation un an avant Nice. Au total, six axes de la ville sont concernés, dont le boulevard Carnot, les rues Clémenceau et Jean Jaurès ou encore la place Cornut-Gentille, point d'ancrage des bus près de l'hôtel de ville. En 2010, les hommes du Centre de protection urbain ont envoyé 2 482 timbres-amendes, 1 296 depuis le début de l'année 2011. « Les PV sont dressés avec discernement. Ils enregistrent d'ailleurs moins d'1% de contestation », note Jean-Claude Rinaudo, directeur de la police municipale cannoise, qui précise qu'aucune extension n'est prévue à ce jour. « Nous ne souhaitons pas banaliser la vidéo-verbalisation et l'éparpiller dans toute la ville : il faut qu'elle réponde à de vraies problématiques », conclut le responsable.A. S.