Mesurer le risque de tsunami

Mickaël Bosredon
— 
Le littoral niçois est très exposé.
Le littoral niçois est très exposé. — J.C. MAGNENET / ARHIVES ANP

   Un centre d'alerte tsunami pour la Méditerrannée ? C'est acté : un nouvel outil sera installé à partir de juillet 2012 dans les locaux du siège du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) dans l'Essonne, et sera chargé de surveiller les activités sismiques dans une zone allant des Açores jusqu'à la Sicile. La zone Méditerrannée a effectivement déjà essuyé un peu moins de 10% de l'ensemble des tsunamis recensés depuis le début du XXe siècle. On en dénombre 22 dans la région depuis le XVIIIe siècle. En 1908 un séisme de magnitude 7,5 avait provoqué une vague de huit mètres de haut qui avait frappé le détroit de Messine, faisant 35 000 morts. 

 Un site pilote sur la Riviera
L'activité sismique, parfois intense en Méditerranée, fait de cette région une zone à risques. Parallèlement, trois « sites pilotes » seront créés. Ils serviront à « établir les différents scénarios de hauteur des vagues en fonction du contexte géographique. » Ces trois sites se situeront dans le Golfe du Lion, dans le Var, et dans les Alpes-Maritimes entre Juan-les-Pins et Villeneuve-Loubet. L'un d'entre eux sera également désigné pour « faire de la sensibilisation auprès de la population ».