Le Nice-Moscou démarre en douceur

— 

« C'est un bon début ». Christophe Chevet, le directeur général SNCF-Russie se montre plutôt satisfait de la fréquentation du Nice-Moscou. Cette ligne historique, relancée fin septembre après quasiment un siècle d'absence, séduit avant tout « des gens qui ont les moyens de prendre le temps et de dépenser de l'argent, explique le dirigeant, et qui se rendent dans les grandes villes de l'Europe de l'Est. Nous avons dû rajouter des wagons 'luxe' pendant les fêtes de fin d'année pour répondre à la demande ». Rappelons que le prix d'un billet, avec toutes les prestations haut de gamme, dépasse les 1000 € ! Plus long et plus cher que l'avion, puisqu'à bord de ce train hors du commun il faut tout de même plus de 50 heures pour relier les deux grandes villes. « En période de creux, les 200 places sont en revanche occupées à 50%, ajoute Christophe Chevet. Mais aucune opération marketing n'a réellement été menée. Nous allons nous y mettre ».J.C.M.