L'aéroport de CAnnes-Mandelieu mis sur écoute

alexis Lucchesi

— 

L'aéroport de Cannes-Mandelieu est dédié à l'aviation d'affaires et privée.
L'aéroport de Cannes-Mandelieu est dédié à l'aviation d'affaires et privée. — AEROPORT DE CANNES-MANDELIEU

L'aéroport de Cannes-Mandelieu coupe le son. Ou presque. C'est hier qu'a été inauguré le nouveau système de suivi des trajectoires des avions et de capteurs de mesure de bruit. Quatre stations fixes, de Mandelieu à la Roquette, qui auront coûté 200 000€ à la société aéroportuaire et devraient permettre de réduire les nuisances sonores. « On ne peut améliorer que ce qui est mesuré », justifie Hervé de Place, président du directoire des aéroports de la Côte d'Azur.

« Ça va dans le bons sens »
« Le bruit est une notion très subjective. Avec ces contrôles, on pourra analyser diverses données et voir ce qui est perfectible. » Même discours du côté d'Olivier Dufour, directeur de l'aérodrome cannois : « Une fois que l'on saura précisément qui a fait quoi dans le ciel, il s'agira de briefer les pilotes tout en évitant les sanctions. »
Et pour faciliter l'expertise des données, c'est l'Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires (Acnusa) qui a apporté son savoir-faire. « Cette collaboration marque une étape importante », se félicite Jean-Pierre Guinvarch, président de l'Association de défense contre les nuisances aériennes (Adna). « Depuis trois ans, il y a une accélération du processus qui va dans le sens des riverains. Mais il faut persévérer… », juge l'Azuréen.
Mais pour Pierre, Mouansois depuis 45 ans, le constat est plus sévère. « L'aéroport est juste mal situé. L'hiver, c'est sûr, on n'entend rien. Avec les beaux jours et l'augmentation du trafic, ça devient une vraie nuisance… » Et l'homme en sait quelque chose : c'est chez lui qu'a été installée une des stations de mesures de type Opéra. « Ce qui me laisse sceptique, c'est que les tests prennent en compte le bruit de fond. Il ne faudrait pas que cela fausse les résultats. » Premier bilan en septembre.