Les délinquants azuréens de plus en plus violents

Jean Christophe Magnenet

— 

Près de 1 900 policiers nationaux travaillent sur les zones urbaines azuréenes.
Près de 1 900 policiers nationaux travaillent sur les zones urbaines azuréenes. — J. C. Magnenet / ANP / 20 MINUTES

C'est un point noir du bilan de la délinquance des Alpes-Maritimes. Le nombre d'atteintes volontaires à l'intégrité physique des personnes a augmenté de 3,07 % en 2010, et atteint les 12 570 actes recensés. En « zone police » (dans les villes), ce chiffre atteint les 4,23 %. « La délinquance générale baisse », indique le préfet, Francis Lamy, qui présentait hier les dernières statistiques officielles. « Mais une partie des délinquants est de plus en plus violente et ceux qui ne l'étaient pas le deviennent », complète le représentant de l'Etat, qui précise : « c'est un phénomène que l'on observe dans le reste de la France ».
« Une nouvelle forme de délinquance est notamment apparue l'été dernier », ajoute le directeur départemental de la sécurité publique. « A l'Ouest de l'agglomération niçoise, de nombreux vols de colliers ont été commis durant la période estivale », explique Patrick Chaudet. Des délits qui ont rapidement diminué avec la mise en place d'une équipe de lutte dédiée... et l'arrivée de l'hiver.

Explosion des braquages
En revanche, le nombre de vols à la portière a chuté de plus de 30 % en un an. « Nous sommes passés de 2 493 faits de ce type en 2004 contre 306 l'an passé », détaille le préfet.
Du côté des atteintes aux biens, le nombre de cambriolages chute de manière spectaculaire dans le département, de 10,21 %. Les braquages et vols à main armée ont explosé sur la Côte d'Azur, passant de 79 à 138 faits enregistrés. « Difficile de trouver une explication », reconnaît Patrick Chaudet. « Notre plan anti-hold-up a été mis en place et aucun grand centre commercial azuréen n'a été braqué durant les fêtes de fin d'année », sourit Francis Lamy. Les ports ou détentions d'armes prohibées auront tout de même grimpé de 8,3 % .